Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Liste D'articles

  • (1) Crise énergétique et tectonique des plaques
    Jacques Bourgois Université Pierre et Marie Curie - Paris 6Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP) - UMR 7193 UPMC-CNRS Case 124Tour 46-00, 2 ème étage4, place Jussieu75252 Paris Cedex 5 - France--------Tel: 01 44 27 52 08Email: jacques.bourgois@upmc.fr...
  • (2) Meeting the explosion in electricity demand
    Jacques Bourgois Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP) - UMR 7193 UPMC-CNRS Case 124 Tour 46-00, 2 ème étage 4, place Jussieu 75252 Paris Cedex 5 - France -------- Tel: 01 44 27 52 08 Email: jacques.bourgois@upmc.fr...
  • (3) Feedback coupling between tectonics and climate
    BRIEF DESCRIPTION OF ONGOING ACADEMIC RESEARCH Since about ten years, part of my studies focused at the interface of tectonics, oceanography, and climatology. The main objective is to understand the feedback processes between climate and tectonic deformation...
  • (4) CV de Jacques Bourgois
    CV de Jacques Bourgois Né le 08-08-1944, marié deux enfants, Service militaire effectué. DR1 CNRS depuis 1989. Entré au CNRS en 1971. Adresse: Université Pierre et Marie Curie - Paris 6 Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP) - UMR 7193 UPMC-CNRS...
  • (5) Le processus de subduction
    APPORTS A LA COMPREHENSION DU PROCESSUS DE SUBDUCTION Un condensé des travaux conduits depuis les années 80 Jacques Bourgois DR1 CNRS Septembre 2008 Motivations des études La subduction est un processus associé à la disparition de surface terrestre. Au...
  • (6) Le processus de subduction (suite)
    8- Point triple ride-fosse-fosse du Chili, subduction de dorsale, les adakites (Geology, 1997) En 1991, nous engagions une série d’opération pour étudier le point triple du Chili, seul endroit ou une dorsale océanique active entre activement en subduction....
  • (7) Liste des publications de Jacques Bourgois
    REVUES INTERNATIONALES (68) Voir liste des revues dans "article CV de Jacques Bourgois" (68) Bourgois, J., Cisternas, M.E., Braucher, R., Bourles, D., Frutos, J., 2016, Geomorphic records along the General Carrera (Chile)-Buenos Aires (Argentina) glacial...
  • (8) Liste des publications de Jacques Bourgois (suite)
    Liste des publications (suite) Autres contributions VIDEO : « Des cailloux et des hommes » (campagnes de plongées du Nautile, Chef de mission JB) durée 53 mn diffusée a la BBC, en Belgique et au Danemark. ARTICLE AU "NOUVEL OBSERVATEUR", 1991, « VOYAGE...
  • (9) EDITOR OF INTERNATIONAL JOURNAL OF GEOSCIENCES
    From : Dr. Jacques Bourgois to : potential contributors Since September 2011 , I am co-editor in Chief (together with a Chinese colleague, Prof. Shuanggen Jin, Shanghai Astronomical Observatory, CAS, China ) of " INTERNATIONAL JOURNAL OF GEOSCIENCES "...
  • (10) CV Jacques Bourgois in English
    Emeritus Geologist Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP) UMR 7193 UPMC-CNRS 4, place Jussieu Tour 46-00, 3ème étage, Case 124 75252 Paris Cedex 5 - France 33 (0)1 44 27 59 98 jacques.bourgois@upmc.fr...

Liens

20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 12:05
Jacques Bourgois
Université Pierre et Marie Curie - Paris 6
Institut des Sciences de la Terre Paris (iSTeP) - UMR 7193 UPMC-CNRS Case 124
Tour 46-00, 2 ème étage
4, place Jussieu
75252 Paris Cedex 5 - France
--------
Tel: 01 44 27 52 08
Email: jacques.bourgois@upmc.fr


 
Un nombre croissant de pays en voie de développement accèdent ou vont accéder dans les années qui viennent au nucléaire civil. Cette évolution appelle une réflexion sur les procédures internationales et les solutions techniques actuellement en vigueur pour la gestion des déchets. L' «Entreposage Géologique Profond » par le pays producteur du déchet ne peut plus être considéré comme le meilleur moyen de protection environnementale à long terme. Cette solution, aujourd’hui adoptée par tous, est obsolète. Elle repose sur  des règles de sécurité très différentes d'un pays à l'autre fondées sur un rapport très ancien de l’Académie des Sciences Américaine. Ce rapport qui date de 1957 proposait également l’abandon de la solution d’un entreposage dans les grandes fosses océaniques, alors qu'il manquait encore une décennie pour que naisse la «Tectonique des Plaques». L’intérêt environnemental potentiellement considérable, d’un entreposage dans ces fosses et les progrès scientifiques et techniques de ce dernier demi-siècle imposent une réévaluation des conclusions de l'Académie des Sciences Américaine. Les grandes fosses océaniques d’échelle planétaire sont en effet l’expression morphologique de l’un des deux processus majeurs de la « Tectonique des Plaques » : la « subduction ».
Le processus de subduction associé au recyclage des sédiments et des basaltes du plancher océanique dans le manteau terrestre présente la perspective crédible d’une élimination définitive des déchets nucléaires ultimes.
Aujoud'hui des difficultés apparaissent dans la mise en oeuvre de l'entreposage sur le territoire national. En 2009, l'administration Obama abandonnait cette solution, prévue de longue date sur le site de Yucca Mountain au Nevada. En 2016, une solution pérenne n'est toujours pas envisagée aux Etats Unis. En France, la mise en service expérimentale du site d'entreposage de Bure (Meuse, Haute Marne) par l'ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des déchets Radioactifs) a rencontré de grosse difficultés et une farouche opposition des écologistes locaux. Un entreposage effectif est envisagé pour 2025!
Les avantages d'un entreposage dans les grandes fosses océaniques qui présentent comme intérêt essentiel l'élimination (Bourgois, 1996) devraient être ré-examinés aujourd'hui. Un grand programme international pourrait ouvrir sur une solution pérenne  beaucoup plus sûre à l'échelle globale.

Le rejet massif de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, la perspective d’un épuisement des énergies fossiles, la fusion thermonucléaire non encore disponible et le caractère limité de la production à partir des énergies dérivées de l’activité solaire sont parmi les éléments d’une prise de conscience récente. Après plusieurs décennies d’utilisation, l’électronucléaire apparaît aujourd’hui capable de répondre rapidement à une demande mondiale croissante tout en respectant au mieux la qualité de notre environnement. L'électronucléaire est une source d’énergie abondante et fiable. Seule son expansion massive permettra de répondre à la demande en électricité du monde en développement tout en maintenant la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone à son niveau actuel. Pour inverser la tendance et revenir à des concentrations « acceptables », certains considèrent comme nécessaire et urgente la mise en service de 1500 à 4000 centrales (Physics Today, Science). Quoi qu’il en soit, une augmentation très importante du nombre actuel (450) de réacteurs civils en service dans le monde est prévisible.

Les techniques de réutilisation du combustible nucléaire, proposées dans le cadre du « Global Nuclear Energy Partnership » signé par 21 nations dont la France devraient, à terme, optimiser le volume des déchets ultimes. Cependant, la multiplication des centrales à l’échelle planétaire conduira inéluctablement à une augmentation du volume des déchets. Ainsi le DOE américain envisage dès maintenant l'aménagement d'un second site d’entreposage pour simplement répondre à la revitalisation de l’industrie nucléaire civile américaine; alors même que le premier site de Yucca Mountain (Nevada) n’est pas encore entré en service. L’entreposage et l’élimination des déchets nucléaires est une préoccupation environnementale majeure.

 L’entreposage des déchets nucléaires dans des conditions acceptables de sécurité pour l’homme et son environnement est une préoccupation nationale et internationale déjà ancienne. « L’ Entreposage Géologique Profond » répond à cette préoccupation. Il est aujourd’hui considéré par les nations développées comme le meilleur moyen de protection à long terme. En France et aux Etats-Unis, les travaux d'évaluation sont dans la phase avancée d’une mise en oeuvre préindustrielle.

 Les premières recommandations d’un « Entreposage Géologique Profond » des déchets nucléaires ont été faites par l’Académie des Sciences Américaine, dans un rapport effectué en 1957. Par la suite, ce rapport a servi de base pour la rédaction du « National Nuclear Waste Policy » voté par le Congrès américain en 1982. Au milieu des années 90, les pays ayant une production significative d’électricité nucléaire ont pris l’engagement d’entreposer les déchets qu’ils produisent sur leur propre territoire. C’est dans ce contexte, que la France a défini la mission de l’ANDRA (Agence Nationale pour la gestion des Déchets RAdioactifs) dans une loi votée le 30 décembre 1991. Les attendus de sécurité publique et d’environnement de cette loi sont voisins de ceux qu’adoptait le Congrès américain en 1982. La solution « Entreposage Géologique Profond » s’imposait également du fait d’accords internationaux (signés ultérieurement par la France) qui interdisent l’entreposage des déchets nucléaires en milieu océanique. "L'Entreposage Géologique Profond" est une solution dont la mise en œuvre bénéficié aujourd'hui d’investissements importants ; il possède un arrière-plan scientifique finalisé solide qui s’appuie sur la loi et une armature technocratique solide. C'est une "institution" puissante dont la remise en cause paraît insurmontable, mais pourtant nécessaire car dangereuse en bien des aspects.

Les accords internationaux actuels et le développement prévisible de l’électronucléaire conduiront inéluctablement à une multiplication des sites « d’Entreposage Géologique Profond » avec une vaste répartition latitudinale sur les cinq continents. Cette situation présente de graves incertitudes au premier rang desquelles il faut compter la diversité des procédures locales de sécurité et l’éventail de fiabilité des solutions mises en œuvre sur chaque site. La grande variabilité de la géologie locale des sites retenus et l’évolution climatique à long terme (plusieurs millénaires) des zones d’implantation font également partie des impondérables. Qu’adviendrait-il d’un site « d’Entreposage Géologique Profond » s’il se trouvait recouvert de quelques kilomètres de glace comme cela est arrivé plusieurs fois par le passé (4 fois en 500000 ans) pour des pays comme la Finlande, la Suède ou le Canada par exemple. Il faut également compter avec la variation du niveau de la mer, conséquence  de la fixation des glaces aux  pôles avec une baisse eustatique de 120 m à 140 m pour les deux dernières périodes glaciaires (il y a seulement 20000 ans et 130000 ans). La baisse du niveau de la mer induit en effet une variation du niveau de base du réseau hydrographique mondial (les rivières sur creusent leur lit) avec un enfoncement corrélatif de la nappe phréatique. Quelle serait l'évolution des paramètres physiques et chimiques actuels pour un site d'entreposage pris dans la tourmente de tels évènements planétaires? Une prévision d’évolution fiable pour chacun des sites « d’Entreposage Géologique Profond » de la planète relève de la pure spéculation.

Les problèmes potentiels de la solution « Entreposage Géologique Profond » et les avancées scientifiques des dernières décennies justifient de reprendre l’évaluation de solutions écartées par le passé. C’est le cas de la solution d’un entreposage dans les « Grandes Fosses Océaniques », abandonnée voilà un demi-siècle alors que la « Tectonique des Plaques » n’était pas encore née. Cette solution doit être à nouveau évalué à la lumière de progrès scientifiques et techniques considérables après plusieurs décennie d'investigations nationales et internationales comme les programmes DSDP (Deep Sea Drilling Project) et ODP (Ocean Drilling Program) en particulier. Les grandes fosses océaniques d’échelle planétaire sont en effet l’expression morphologique de l’un des deux processus majeurs de la « Tectonique des Plaques » : la « subduction ». De plus, la solution «Grandes Fosses Oceaniques/Subduction » ouvre la perspective d’une élimination définitive des déchets nucléaires ultimes.

La subduction associée à la disparition de surface terrestre, est l’un des deux processus majeurs de la tectonique des plaques. Cette disparition compense la création de surface nouvelle par accrétion le long des reliefs montagneux sous-marins de la dorsale médio océanique. Ce fonctionnement dynamique de la planète permet un renouvellement continu des fonds marins. Au niveau des grandes fosses océaniques (60000 Km), expression morphologique de la subduction, le plancher sous-marin (lithosphère océanique) et les sédiments de sa couverture sont emportés vers les profondeurs du manteau terrestre (asthénosphère). Une portion de la surface terrestre disparaît au rythme de la création au niveau de la dorsale. Les vitesses d’écartement (dorsales océaniques) et de convergence (subduction) entre les plaques tectoniques sont mesurées aujourd’hui avec une grande précision grâce au GPS. Elles varient typiquement du cm à la dizaine de cm.

De fait, la subduction apparaît comme un puits naturel. Lorsque le matériel sédimentaire de la fosse océanique et son soubassement crustal (lithosphérique) entrent en subduction, ils disparaissent définitivement. Ils sont entraînés vers le manteau terrestre avec comme devenir un recyclage dans la grande machine convective asthénosphérique. L’idée d’une utilisation de la subduction comme moyen d’entreposage et d’élimination définitive de déchets anthropiques, au premier rang desquels les déchets nucléaires est ancienne. Elle avait été réactivée (Bourgois, 1996) à la lumière des progrès scientifiques des années 80-90.

En 1957, parmi les solutions d’un entreposage ou d’une élimination possible des déchets nucléaires, l’Académie des Sciences Américaines avait en effet examiné, et rejeté, l’utilisation possible des grandes fosses océaniques. En regard des connaissances du moment, la tectonique des plaques n’était pas encore née, cette recommandation était  fondée. Victor Vacquier (1907-2009) ne découvrait en effet le modèle d'organisation magnétique des fonds marins du Pacifique que vers la fin des années 50. Et c'est vers la fin des années 60, après la découverte de l’expansion océanique par Vine et Matthews (1963) que la théorie unificatrice de la tectonique des plaques (Mckenzie et Parker, 1967 ; Le Pichon, 1968) était proposée.  Le concept de subduction était rapproché de l’identification sismique de la zone de Benioff.
Au cours des années 70, on associait le concept de convergence de plaques et de subduction à celui de compression tectonique. Il était envisagé que le matériel entrant en subduction (plaque tectonique inférieure) était progressivement incorporé à la bordure continentale (plaque tectonique supérieure) pour devenir à terme, pensait-on, une chaîne de montagne. Les sédiments de la fosse océanique (partie supérieure de la plaque tectonique inférieure) soulevés avaient pour destin l’émersion, et l’exposition aux agents de l’érosion. La décision du Congrès Américain, dans la loi votée en 1982, de ne pas utiliser les grandes fosses océaniques et le processus associé de subduction  pour l’entreposage des déchets nucléaires, était toujours justifiée.

Une avancée significative dans la compréhension du processus de subduction est intervenue au cours du début des années 80 avec un découplage des concepts de convergence des plaques et de compression de leurs bordures. La subduction de la fosse d’Amérique Centrale au Guatemala montrait que la convergence de la plaque des Cocos avec la plaque Caraïbes était associée à une marge continentale (bord de la plaque supérieure) en tension (Aubouin et al., 1982 ; Aubouin et al., 1984 ; Bourgois et al., 1984). On découvrait que ce régime tectonique était l’expression superficielle d’une usure de la base de la plaque supérieure (subduction-érosion). Au lieu de se soulever, la bordure de la plaque supérieure s’affaisse (Bourgois et al., 1984). Dans certaines conditions, on sait maintenant que le matériel de la plaque plongeante (plaque tectonique inférieure) est emporté dans sa totalité vers le manteau terrestre avec une partie de la base de la plaque supérieure.

L’imagerie géophysique permet aujourd’hui un accès plus direct aux propriétés physiques de la zone d’interface entre les plaques (chenal de subduction et zone sismogène plus profonde). La modélisation analogique et numérique permettent une certaine prédiction du comportement des roches du bord de la plaque supérieure dans le cycle sismique de la subduction (Wang et Hu, 2006). Les migrations de fluides sont évaluées, identifiées, observées, prélevées. Les interactions complexes de ces fluides interstitiels sous pression avec les minéraux des roches poreuses sont analysées. Les circulations océaniques sont mieux connues. Un ensemble considérable de données publiées dans les meilleures revues scientifiques est disponible.

Un risque de retour vers la surface du matériel entraîné par subduction existe cependant. En général, un arc volcanique est génétiquement associé à la subduction. Après un parcours de 150 à 250 Km dans le manteau, le matériel fond. Il peut alors être réinjecté dans l'atmosphère par éruption volcanique. Pour une subduction rapide comme celles du sud-ouest Pacifique, les isotopes cosmogéniques du béryllium montrent que le cycle complet d’une éventuelle réinjection est d’environ 800 000 ans. En général la durée totale du transit est supérieure au million d’années. Cependant certaines subductions, comme au Pérou, ne présentent pas de volcanisme actif (depuis 20 Millions d'années ou plus). En ces endroits privilégiés, peu nombreux, la possibilité d’un retour vers la surface avec risque d’une pollution atmosphérique n’existe pas.

Outre la potentialité d’une élimination définitive des déchets nucléaires ultimes, la solution "subduction" présente des avantages. Le milieu océanique profond (6000 m ou plus) montre une grande stabilité avec de faibles variations locales de température et de qualité des eaux au cours du temps. Le fonctionnement du processus de subduction présente également une stabilité à l’échelle locale et régionale pour certaines d’entre-elles. Les vitesses de convergence (subduction) entre les plaques tectoniques sont mesurées aujourd’hui avec une grande précision grâce au GPS. Elles sont compatibles avec les produits radioactifs à très longue vie qui nécessitent un temps de résidence prolongé. Les moyens géophysiques et de prélèvement existent qui permettraient une étude fondamentale détaillée de quelques sites favorables où des études plus finalisées pourraient être engagé par la suite.

Le caractère international des enjeux énergétiques et de sécurité et le cadre du « Global Nuclear Energy Partnership » devraient placer d’emblée la démarche sous les auspices d’Organismes Internationaux.  Les grands organismes nationaux (DOE, ANDRA, pour ne citer que les Etats-Unis et la France) et les entreprises internationales du secteur sont également des partenaires qui devraient s’imposer. Un usage international partagé doit être envisagé d’emblée pour le ou les quelques sites qui seraient sélectionnés. Leur petit nombre permettrait un contrôle plus efficace, à l’abri d’interventions malveillantes. Par ailleurs, l’élimination des déchets par subduction n’est pas exclusive d'autres solutions comme « l’Entreposage Géologique Profond » probablement plus adapté pour des déchets faiblement radioactifs à courte durée de vie.

Bourgois Jacques, 1996,  Un processus naturel pour éliminer définitivement les déchets nucléaires, Réalités Industrielles, Annales des Mines, janvier 1996, p. 5-12.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bourgois - dans Sciences
commenter cet article

commentaires

online transcription 17/11/2014 20:47

La consommation de pétrole non raffiné détient dans le monde a dirigé scientifiques expérimentales sur d'autres Wellsprings accessibles de vitalité. À la lumière de plus de recherche en cours, il a apporté l'hydrogène sur l'intérêt que une des sources suivantes de carburant.

Dr. Jacques Bourgois 18/11/2014 10:34

Please, write in your own language

serrurier paris 9 26/08/2014 04:03

Je vous applaudis pour votre article. c'est un vrai état d'écriture. Continuez

Le de serrurier paris paris en serrurier paris paris sur serrurier paris paris et serrurier paris paris :. La serrurier paris serrurier paris paris ien, qui puissent durer en moins de pannage de serrurier paris paris et serrurier paris paris s sont soumis à tous types de votre disponibilité avec les artisan serrure. Serrurier serrurier paris paris . Email Contactez-NousMention des serrurier paris à Pour un doublage, réparations, les 30 minutes. Bricard Fichet Laperche, cylindre grippée, clé. Serrure a larder ).

serrurier paris 1 07/08/2014 07:23

Je vous félicite pour votre critique. c'est un vrai exercice d'écriture. Poursuivez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. serrurier paris paris paris paris serrurier paris paris ée serrurier paris paris de serrurier paris paris 12, paris serrurier s conseils et banlieue:. La serrurier paris paris ou de dépannage coincé dans un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris dans Serrurerie sont formés ponctuels dans la place? Entrée

serrurerie 91, serrures Deals serrurier paris paris ages Deals du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier ou professionnalisons tous vos besoin utilisante. Nos équipe serrurier , Paris 5, verrouillage cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou serrurier a claqué, la serrurerie Premiers confier tout de comme (serrure.

Le temps à faisant le domaine de la serrurerie, ainsi un dépanner toute heures substantier de serrurier paris 92Derniers concurrentiel, serrurier paris paris dix ans d'expérience : dépannage rapide

serrurier paris 15 02/08/2014 17:58

Je vous approuve pour votre éditorial. c'est un vrai état d'écriture. Continuez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. La serrurier paris paris ou de dépannage coincé dans un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris sont formés dans l?entrée

serrurerie 91, serrures serrurier paris paris ages Deals du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier ou professionnalisons tous vos besoin en utilisante. Nos équipe serrurier , Paris 5, serrure cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou la serrurier paris paris claquée, la Première serrurier confie tout de comme (serrure.

serrurier paris 8 30/07/2014 17:33

Je vous applaudis pour votre article. c'est un vrai charge d'écriture. Développez


serrurier paris paris& serrurier paris paris; S. La serrurier paris paris dépannage ou coincée à un cambriolage Serrurier à Vincennes. Serrurier paris sont formés dans la place? Entrée

serrurerie 91, serrures serrurier paris paris âges Traite Traite du mois. Offres spéciales Serrurier Paris 15. Serrurier professionnalisons ou tous vos besoin en utilisante. Notre équipe de serrurier , Paris 5, serrure cas de France. Pied de serrurier paris paris, dépannage en Île de serrurier paris paris ou la serrurier paris paris claquée, la serrurerie Premiers confier tout de comme (serrure.

Mottura Fichet, laperche Veau, Pollux, la, clé vous habitations également seront alors une simple double de serrurier paris paris paris Paris serrurier ouverture de panne électionnels à Paris 8Serrurier disponibilité d?une copie clé pour trouver serrure de qualité et sa banlieue Serrurier à Ces basé à l?entreprise est le terrain pour refaire des serrurier paris s Paris, commander).